C'est le blogggeur le plus éminent de Microsoft (Scobble) qui le dit en réponse à Ross Mayfield.

"1) Startup costs. Linux is free. Ruby on Rails is free. MySQL is free."

Le coût dé démarrage.. En effet, les entrepreneurs au démarrage de leur entreprise n'ont pas beaucoup de sous, par contre ils ont un peu de temps (mais cela change rapidement). J'aime beaucoup le 'Ruby on Rails" dans la phrase de Scobble. Très dans la mouvance "Web 2.0" de prendre RoR comme exemple..


Mais un bon entrepreneur ne prend pas ce genre de décision uniquement pour une question de coût de démarrage. Car on doit se poser la question des coûts futurs. Mais de ce côté la, s'il y a des coûts à l'open-source un fois qu'on veut accélerer et professionaliser, Microsoft n'est pas exempt de coûts cachés.

D'ailleurs Microsoft sait faire des packages pas cher pour les startups, mais l'entrepreneur se mefie et voit bien que c'est louche.. Le cadeau est la pour me coincer dans une plateforme qui va me coûter cher ensuite. De plus il y a des coûts cachés, ceux qui consistent à étudier le meilleur moyen de reduire la facture. Avec l'open-source on commence sans se poser ces questions là.

"2) Performance per dollar. They perceive that a Linux server running Apache has more performance than IIS running .NET."

Il va sans dire que IIS + .Net c'est pas le top du top.. C'est pas tant dans la performance que dans la modularité et la possibilité de faire quelque chose en cas de problème. Je pense que la modularité de la plateforme Open-Source permet d'agir de bien plus de façon. Si j'ai des problèmes de scalabilité avec Microsoft, elle peut venir de mon application ou de la plateforme qui ne me donne pas beaucoup de solutions. Mais une chose est sûr, quand je vais devoir compenser en ajoutant des machines ou du software, je vais devoir payer..

"3) Finding tech staff is easier. There are a whole new raft of young, highly skilled people willing to work long hours at startups who can build sites using Ruby on Rails."

Clair, quelque chose à changé de ce côté.. Les étudiants sont sur LAMP et Java et pas sur .Net. Accès gratuit pour les étudiants, pour les écoles. Ouverture du code qui permet d'apprendre. Aujourd'hui de loin, l'open-source est le meilleur endroit pour apprendre les méthodologies de développement (et en particulier les méthodes agiles). Le monde Java est particulièrement avancé avec des tonnes d'outils autour de JUnit. La méthodologie des projets d'Apache Jakarta est très intéressante de ce point de vue.

"4) Perception of scalability. The geeks who run these new businesses perceive that they can scale up their data centers with Linux and not with Windows (the old “Google runs on Linux” argument)."

Pour moi c'est plutôt le coût de la scalabilité de que la scalabilité elle-même. Je ne doutes pas qu'on peut rendre une plateforme Microsoft fiable et scalable, mais à quel prix ?

C'est sûr que si Google payait une licence serveur Microsoft pour chacun de ses serveurs jetables, cela serait pas loin de doubler le prix de la machine et donc de la plateforme. Le pricing des licences dans le monde de l'Internet pose de gros problèmes. Doit-on payer au serveur ou au user. Sur Internet, impossible de payer au user (y'en a des dizaines de millions). Donc on doit payer au serveur. Alors la on est plus libre d'architecturer sa plateforme comme on le veut. Pour optimiser les prix de licences qui deviennent conséquents, il faut plutôt faire des gros serveurs, mais ceci sont plus chers. Il faut donc sortir une feuille de calcul (et donc acheter Excel pour cela) qui est bien inutile dans l'Open-Source ou seul les coûts machines et humains vont rentrer en compte. Cela introduit aussi un risque, car si à un moment on est pris par le temps, on peut ne pas pouvoir optimiser et la il faut rajouter des tonnes de licences.

Nous avions eu ces problèmes avec Oracle chez NetValue et les choix étaient plus difficile. Aujourd'hui j'aurais clairement envisagé une système à base de MySQL ou Postgres et Linux afin de s'affranchir de cette complexité et de ces risques.

Et pourquoi devrais-je payer pour repliquer le softwaire sur des dizaines de serveurs. C'est moi qui est tout les coûts (machines et humains pour installer). Le fournisseur ne me prend-il pas un peu pour un bleu. Il est clair que quand une plateforme Linux est d'experience plus fiable, et que je n'ai pas ces coûts absurdes, alors la "ya pas photo". A Microsoft de venir prouver la valeur de ces dépenses supplémentaires. Or vu leur puissance, je vais avoir du mal à négocier vu que je serais déjà coincé dans leur architecture.

"5) That Microsoft doesn’t care about small businesses. After all, Microsoft is an evil borg, but Ruby on Rails comes from a single guy: David Heinemeier Hansson. He has a blog and answers questions fast."

Microsoft est trop gros pour être intéressé réellement par ses utilisateurs. Ce qui intéresse Bill et Steve, c'est le pouvoir et leur égo. Si c'était le fric, ils seraient tranquilles au bord de la mer depuis longtemps. Ils veulent dominer l'informatique et non pas la faire avancer. Bill pourrait faire penser à un geek passionné, mais s'il était vraiment passionné, il aimerait ce que font les gens de l'Open Source, car ils partagent leur connaissance et font avancer l'informatique autant que Microsoft l'a fait avancer.

Donc le problème, c'est qu'en ayant en face un Gorille (the 800 pound Gorilla) qui est capable de se lancer dans des bras de fer avec des états (parlez en au Danemark et à la corée), comment voulez-vous qu'un petit entrepreneur pense qu'il va pouvoir de quelque façon que ce soit négocier avec Microsoft. Et si j'ai un prestataire (qui lui sera peut-être plus maléable), je ne veux pas qu'il me dise 'je peux rien faire, c'est dans le soft Microsoft'.

Un entrepreneur ne veut pas se mettre dans des situations potentiellement bloquées. J'ai besoin donc d'un maximum d'ouverture et de flexibilité. L'ouverture des sources, la diversité des solutions dans le mon Open Source apportent cela.

6) "That open source makes it easier to fix problems and/or build custom solutions. A variant of the old “Google or Amazon couldn’t be built on Windows” argument."

Exactement l'arguement sur la diversité.. C'est tellement évident..

"7) On clients, they want to choose the highest-reach platforms. That doesn’t mean a Windows app. Or even an app that runs only in IE. It must run on every variant of Linux and Macintosh too."

Il suffit de faire une petite étude de marché sur le hosting de serveur dédiés linux, pour voir que la diversité de l'offre elle n'est pas chez Microsoft mais clairement dans les plateformes libres.

"8) They don’t want to take shit from their friends (or, even, their Venture Capitalist). Most of this is just pure cost-control. I can hear the conversation now: “OK, you wanna go with Windows as your platform, but is the extra feature worth the licensing fees for Windows?”"

Mouais, ça c'est pas terrible. Je dirais plutôt, que l'entrepreneur à bien vu que quand il choisit une solution libre il investit dans une plateforme qui mutualisée qui va progresser sans augmenter de prix. L'experience à montré que la plateforme Windows à constament augmenté de prix à chaque génération. Il est bien sûr très difficile de comparer car à chaque génération il y a des progrès phénoménaux. Il y a 10 ans c'était le lancement de Windows 95 et Unix ne fonctionnait que sur des grosses machines très chères. Même le hardware et Intel n'ont pas augmenté de prix à ce point la.

En fait le problème vient du fait que le marché du Hardware est beaucoup plus liquide que le marché du Software (finalement le hard est plus soft que le soft). En effet, dans le domaine des processeurs et des mémoires, ont peut bien plus facilement changer de fournisseurs (même Apple arrive à passer de PowerPC à Intel !), alors que quand on à investit sur une plateforme software aux APIs propriétaires, on ne peut pas changer comme cela, y compris de hardware. Résultat le marché n'est pas liquide. Windows ne peut pas être concurrencé par une solution "clone" ou très proche. Nombres de concurrents s'y sont essayé (rappelez vous DR-DOS, OS/2, Wordperfect, Netscape). Il faut forcement une rupture. Cette rupture c'est l'Open-Source côté software et le web côté services.

"9) No lockin. These new businesses don’t want to be locked into a specific vendor’s problems, er products. Why? Because that way they can’t shop for the best price among tools (or move to something else if the architecture changes)."

Le lockin = non liquidité du marché, comme indiqué dans le commentaire précédent. On est donc sûr de payer plus cher et de ne pas avoir le choix.

"10) More security. The new businesses perceive Linux, Apache, Firefox, and other open source stuff to have higher security than stuff built on Windows."

Clair, en 5 ans chez NetValue ou nous sommes passé de Netscape 4 à Mozilla sans passer par IE et Outlook, nous n'avons jamais eu de problème de virus qui ait impacté la productivité de l'entreprise. En 1 ans chez NetRatings qui nous avait rachété j'ai vu au moins 3 downtime du mail d'au moins 1/2 journée, donc un avec perte de données.

"11) More agility. I’ve had entrepreneurs tell me they need to be able to buy a server and have it totally up and running in less than 30 minutes and that they say that Linux is better at that."

Oui, on peut faire cela sans faire appel à des logiciels tiers. La plateforme est plus ouverte et on peut jouer avec. Il y a plein de Linux différents qui ont leurs avantages et leurs inconvenients. Il y a plein de serveurs Web différents.

Bref plus de choix au niveau des solutions.

"12) The working set is smaller. Because Linux can be stripped down, the entrepreneurs are telling me that they can make their server-side stuff run faster and with less memory usage."

Même chose, la modularité et l'ouverture jouent pleinement leur rôles.

C'est une belle liste d'arguments, mais aujourd'hui j'ajouterais un nouvel arguement:

"13) Microsoft n'est plus dans le coup"

En effet, même en en ce lançant dans le hosting, cela ne suffira pas à Microsoft à prendre en compte les mutations de l'Internet. Ce fameux Web 2.0, qui est en fait une évolution lente et naturelle de la technologie ou l'informatique personnelle et l'informatique de groupe fusionnent et ne deviennent qu'un, demande de revoir fondamentalement les architectures des logiciels et matériels.

Netscape avait lancé la vision du Web comme plateforme applicative. Scott Mc Nealy à dit "the Network is the Computer". Les logiciels "sociaux" comme les blogs, les wikis, les réseaux sociaux, explosent et de nouvelles applications prenant en compte ces caracteristiques concurrence fortement les solutions précédentes (Flickr, Delicious, etc..).

Comme le dit Sergey Brin de Google:

"On a Google Office: I don't really think that the thing is to take a previous generation of technology and port them directly, and say can 'we do the minicomuter on the Web on AJAX,' makes sense. I'm not saying that's what Microsoft Office is, I'm just saying that I think the Web and Web 2.0, if that's what you want to call it, gives you the opportunity to do new and better things than the Office package and more. We don't have any plans to do an office suite."

S'il doit y avoir un Google Office, il ne sera pas du tout comme Microsoft Office. Il sera très différent. Je suis 100% d'accord avec cela. La productivité de demain (et même d'aujourd'hui pour ceux qui le veulent) est dans le travail en groupe, dans des logiciels prenant en compte les aspects sociaux.

Si Microsoft veut être dans le coût dans ce monde la, il leur faudra revoir fondamentalement Office (et pas seulement faire croire qu'Office à évolué en méttant des dinosaures sur des affiches publicitaires). Mais Microsoft a toutes les raisons de ne pas faire cela, car cela serait très risqué pour les revenus (et surtout les marges) qui sont issus de Windows et d'Office. Est-ce que Microsoft pourra se canibaliser et proposer une nouvelle architecture. Est-ce que l'industrie est prête à accepter une nouvelle architecture contrôlée par Microsoft, qui dispose d'un très faible capital confiance ?

UPDATE: Apparement, Microsoft commence avec live.com (voir un article de CNET sur le sujet). Il y aurait l'édition collaborative de document Excel (avec un composant appelé MOJO), mais pour le moment, cela ressemble surtout à une occupation du terrain. On peut être sûr que les "vrais" services seront fortement liés à Windows et MS Office.

Je pense plutôt que l'avenir de l'informatique est dans les mains de Google et de l'Open Source. Google sera fort sur les particuliers et les TPEs. L'Open Source sera fort sur les PMEs et les Grandes Entreprises. L'Operating Système et la suite bureautique deviendront une commodité. OpenOffice sera largement suffisant pour les usages qu'on en fera encore sachant qu'on aura des outils "sociaux" supérieurs sur le web. Microsoft continuera par contre à collecter sa taxe sur les OS (PS, Mobiles, Consoles) et continuera à être un fournisseur de software et de services high-end, de plus en plus concurrencé par l'Open-Source par les couches basses (serveurs, mail, intranet, etc..).

L'Open Source aura des avantages car ils ne refuseront pas la connection à Google et aux services web publics, ce qui ne sera sûrement pas le cas de Microsoft.

Pour moi le business de Microsoft sera un peu comme le business Mainframe d'IBM. Il n'est pas dans le coup, personne en parle, mais il continue à rapporter pas mal d'argent.

Tags: