Ce panel animé par Marc Canter, cofondateur de Macromedia comporte du beau monde:

* Mark Fletcher, vice president & general manager, Bloglines at Ask Jeeves

  • Joe Kraus, Cofounder and CEO, JotSpot
  • Ross Mayfield, CEO, Social Text
  • Toni Schneider, VP, Yahoo Developer Network, Yahoo!
  • Doc Searls, Senior Editor, Linux Journal

    Ce qui est amusant, c'est que tout le monde dans le panel se déclare "ouvert", ce qui est pas mal du point de vue de l'intention.

    Mais dans la pratique c'est nettement plus compliqué:

    - Ross Mayfield de SocialText utilise de l'Open Source met ajoute sa couche propriétaire autour.

  • Joe Kraus de JotSpot dit qu'a tout moment on peut partir avec ses données de JotSpot et les utiliser ailleurs (Hum Hum.. sans le logiciel difficile de réutiliser les fonctions qui sont basés sur l'API de developpement).
  • Toni Schneider de Yahoo, nous présente "Open Yahoo" avec tout plein d'APIs pour accéder aux services de Yahoo (avec des limites de nombres de requètes)
  • Marc Fletcher de Bloglines nous dit que sont API est largement utilisée par tout le monde sans limites
  • Doc Searls n'a rien à vendre :) Et supporte les licences Open Source.

    Marc Canter, qui à co-fondé Macromedia connait bien la notion de 'Lock-in' et sait bien pointer vers les solutions qui cherchent du lock-in..

    Ce qui est très intéressant, c'est que "l'ouverture" est un "must-have" et il ne semble plus possible d'aborder le marché en voulant enfermer ses utilisateurs tout du moins au niveau Marketing. Car en pratique cela continue:

    - La plupart des editeurs de sites qui font des APIs comme Yahoo et Google, proposent des APIs incompatibles pour des services équivalents donc les developpeurs auront fait des applications liés aux solutions de Yahoo et Google.

  • SocialText profite du modèle Open-Source mais ne veut pas jouer le jeu jusqu'au bout et une fois le client dans l'offre 'Pro' il aura du mal à en sortir.
  • JotSpot essaye de nous faire avaler qu'on pourrait réutiliser les données de JotSpot ailleurs.. C'est un peu comme si M$ nous disait qu'on peut facilement réutiliser le code source d'une Application developée pour l'API Microsoft Windows ! Ceci pourrait être vrai si JotSpot était une implémentation uniquement de standards.

    Non, en terme d'innovation, il est impossible de faire de "l'open data" et dire que c'est ouvert. Il n'y aura pas d'autre implémentation. Tant qu'il n'y a pas de standard et de multiples alternatives donc certaines très peu couteuses voire gratuite, il faut que le module soit "Open-Source" pour garantir le droit de sortie. Dans le chat quelqu'un à parlé de "Total Cost of Exit".

    Avec XWiki, si vous ne voulez plus travailler avec XPertNet, vous pouvez récupérer vos données. Nous essayons d'utiliser des formats standards quand ils existent (mais comme je le dis, quand on fait quelque chose de nouveau c'est difficile) et surtout vous pouvez partir avec le logiciel et moyennant de la formation (avec d'autres ou acquise en interne) vous pouvez reprendre le contrôle de votre projet ou de votre plateforme.

    Je reprendrais des mots de Joe Kraus lui même qui dit que la moindre barrière qui permet de jouer avec le logiciel est pénalisante pour l'adoption de la plateforme. Il semble évident que malgré les messages marketing, ne pas être Open-Source dans le domaine d'une plateforme de Wiki Applicatif est une barrière significative. Dans le cas de JotSpot, on ne peut pas jouer avec le logiciel et faire des plugins, ce que pas mal de personnes ont commencé à faire avec XWiki.

    Le mouvement 'Open' est en marche, mais soyez vigilant aux niveaux d'ouverture.

    Platforms should be open AND open source est un article que j'avais déjà écrit sur le sujet. Jonathan Nolen a écrit un article l'entreprise ouverte.

Tags: