Sun préfère payer pour avoir la paix.. 92M$ c'est pas négligeable.. Évidement avec les 2Mds$ de Microsoft c'est plus facile de payer ce genre de montant..Bien sûr Jonathan Schwartz le COO de Sun assume sa position. Rien d'étonnant dans la mesure ou Sun est un gros et que les brevets logiciels bénéficient aux gros ! Au temps pour ceux qui pouvaient penser que Jonathan Schwartz pouvait avoir un avis pour l'industrie logicielle au global et pas seulement voir juste les interêts à court terme de Sun..

Ce qui est d'autant plus malheureux, c'est que le brevet logiciel en question ne protège rien de plus qu'un idée.. L'idée de faire appel à un programme pour exécuter un autre programme.. Cette idée comme des tonnes d'idées en informatique est plus ou moins évidente quand on essaye de résoudre un problème tel que le problème que Java essaye de résoudre..

Or, un programme informatique ne peut pas être fait sans reprendre des idées de bases et si ces idées de bases sont toutes brevetées, on ne peut plus programmer sans enfreindre un brevet..

Si on continue dans cette direction, on ne pourra plus programmer du tout.. Seules les grandes sociétés pourront payer les licences nécéssaires, donnant le droit d'utilisation des brevets.

Et en Europe, nos dirigeants veulent une législation sur les brevets logiciels. Or comme indiqué par Lawrence Lessig les gagnants de la législation sur les brevets logiciels seront les gros et les perdants seront les petits..

Or les gros sont AMÉRICAINS.. et les petits EUROPÉENS !
C'est simple, une telle législation est forcement PERDANTE pour l'industrie logicielle en Europe.. As-t-elle réellement besoin de cela ?

Mais que cherchent à faire nos dirigeants ? Achever notre industrie logicielle ? Louper l'occasion de l'open-source pour créer de l'emploi dans le domaine de logiciels en Europe ?

Tags: